A VOTE

12 mars 2010

(un peu en avance, par procuration..)

Publicités

Tractage à Strasbourg.

11 mars 2010

1200 tracts distribués par les Alsaciens..


Le parti Gauche libérale soutient la liste Frédéric Bastiat

10 mars 2010

Et propose un bulletin de vote très bien fait :

http://www.gaucheliberale.org/public/regionales.pdf

Et si les autres partis, Parti libéral démocrate et Alternative suivaient le même chemin ?


Video du tractage Gare Saint Lazare

10 mars 2010

Rendez vous CE SOIR MARDI 9 MARS à la gare Saint Lazare

9 mars 2010

Rendez vous CE SOIR MARDI 9 MARS à la gare Saint Lazare sous l’horloge avec des pendules tordues à 18h30 pour tracter pour Frédéric Bastiat.

Nous bougerons ensuite vers 19h00-19h30 vers le quartier pieton du coté des grands magasins.

Nous ferons quelques petits films/photos de la campagne.
Vous pouvez imprimer les tracts du site et vous faire un petit badge « je vote pour un mort (libéral) : Frédéric Bastiat) pour attirer l’attention des passants.

Numéro de contact : Bastien 06 79 96 51 48


Nouveau Tract

6 mars 2010

COLLECTIF ANTIGONE

POURQUOI NOUS VOTERONS POUR

UN GRAND LIBERAL AUX REGIONALES :

FREDERIC BASTIAT

« Il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle. »
Frédéric Bastiat

L’étatisme règne en maitre dans les discours et les actes de la totalité du spectre politique français.

Du FN au NPA en passant par l’UMP ou le PS, tous les partis actuellement présents aux élections proposent ou imposent :

– Davantage de réglementations, de lois mal faites infantilisant les citoyens
– Davantage d’impôts, de taxes, de niches fiscales, d’usines à gaz empêchant chaque citoyen de décider lui-même où affecter le fruit de son travail ou de ses échanges.
– Davantage de bureaucrates, de mille feuilles administratifs, de commissions bidules, de strapontins dorés, d’élus en surnombre, de cumulards.
– Davantage de subventions opaques, d’arrosages clientélistes, de spoliations légales.
– Davantage de dettes, d’emprunts, de déficits publics, de monopoles d’Etat mal gérés.
– Davantage de limitation des libertés, liberté d’expression, liberté de mener sa vie sans un Etat-nounou moralisateur et autoritaire.
– Davantage d’Etat, davantage d’Etat, davantage d’Etat, davantage d’Etat

« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. »
Frédéric Bastiat, Harmonies économiques

Le remède à cette expansion sans précédent de l’Etat a un nom : le libéralisme.

C’est-à-dire
– Des droits naturels inviolables pour chaque individu. Liberté, sécurité, propriété
– Un Etat régalien chargé de protéger ces droits,
– Une société libre permettant à chaque individu de chercher le bonheur, de fixer ses objectifs et les moyens pour y parvenir, sans un marécage de règlements, prélèvements obligatoires totalement disproportionnés, institutions couteuses et infantilisantes.

A la prochaine élection, je ne cautionne plus cette classe politique étatiste et je marque mon désaccord en votant pour l’un des plus grands auteurs et grand homme politique libéral français :
Frédéric Bastiat

Bien sur, il est mort, et les libéraux préféraient voter pour des vivants, mais compte tenu de l’état de notre classe politique, nous pensons qu’il vaut mieux un mort que des vivants pour gérer nos régions. Il ne pourra pas faire pire, et il fera sans doute mieux.

« L’État est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »
Frédéric Bastiat

Le trac en format .doc

https://collectifantigone.files.wordpress.com/2010/03/collectif-antigone-tract2.doc


Notre pays a besoin du retour d’Antigone, la marraine des libéraux.

6 mars 2010

Antigone c’est l’héroïne d’une tragédie grecque écrite il y a plus de 2400 ans par Sophocle.

Antigone, c’est une femme seule qui affirme face au despote Créon qu’il existe des Droits que même-lui, le législateur, n’a pas le droit de piétiner.

Et que s’il le fait, il prouvera simplement qu’il a la force, qu’il a le pouvoir, mais pas le Droit.

Antigone pose ainsi la première pierre de cette tradition du Droit naturel. C’est-à-dire des droits qui ne sont pas décrétés par l’Etat, mais attachés à la nature même de l’être à laquelle ils sont appliqués. En l’occurrence l’Etre Humain.

« Créon :
Et ainsi, tu as osé violer [mes] lois ?

Antigone :
C’est que Zeus ne les a point faites, ni la Justice qui siège auprès des Dieux souterrains.

Et je n’ai pas cru que tes édits pussent l’emporter sur les lois non écrites et immuables des Dieux, puisque tu n’es qu’un mortel.

Ce n’est point d’aujourd’hui, ni d’hier, qu’elles sont immuables ; mais elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées.

Je n’ai pas dû, par crainte des ordres d’un seul homme, mériter d’être châtiée par les Dieux »

On retrouve cette tradition chez Saint Thomas d’Aquin qui affirme que ces Droits ne sont pas révélés, mais qu’ils peuvent être connus par la raison.

« Il y a deux sortes de préceptes qui ne sont pas du nombre des préceptes du Décalogue : d’une part, les préceptes premiers et généraux, qui n’ont pas besoin d’être déclarés autrement que par leur insertion dans la raison naturelle au titre de connaissance immédiate, comme de ne faire de tort à personne et autres du même genre ; et, d’autre part, ceux dont la convenance se découvre aux sages après une étude attentive, car c’est à travers l’enseignement des sages que ces préceptes parviennent de Dieu au peuple. »
Somme Théologique – Thomas D’Aquin

Elle apparait ensuite chez John Locke pour transparaitre à chaque article de la déclaration de Droits de l’Homme de 1789.

« L’état de nature est régi par un droit de nature qui s’impose à tous ; (…) nul ne doit léser autrui dans sa vie, dans sa santé, sa liberté et ses biens. » (John Locke, Second Traité du Gouvernement civil, II)

« Les représentants du peuple français,
constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements,
ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, »

La tradition du Droit naturel est ensuite portée par les libéraux de Frédéric Bastiat à Murray Rothbard.

« Ce n’est pas parce que les hommes ont édicté des Lois que la Personnalité, la Liberté et la Propriété existent. Au contraire, c’est parce que la Personnalité, la Liberté et la Propriété préexistent que les hommes font des Lois. »
Frédéric Bastiat – La loi

Ces Droits naturels sont :

La vie et la sécurité.

Les êtres humains sont les uniques propriétaires de leur vie, de leur corps, de leur intelligence, de leurs sentiments.

Ils ont le Droit naturel à la sécurité dans la mesure où ils respectent les Droits naturels des autres.

La liberté.

C’est-à-dire, qu’ils sont libres de définir leur objectifs et les moyens pour y parvenir tant qu’ils ne violent pas le Droit naturel des autres..

Ils sont libres de l’usage qu’ils font de leur temps comme ils le souhaitent tant qu’ils ne violent pas le Droit naturel des autres.

Ils sont libres de travailler ou de se reposer, de haïr ou d’aimer, d’épargner ou de jouir, de mépriser ou de respecter, de parler ou de se taire, de créer ou de conserver, de prier ou de raisonner tant qu’ils ne violent pas le Droit naturel des autres.

Ils sont libres d’échanger, échanger culturellement, économiquement, sentimentalement avec qui ils souhaitent, aux conditions qu’ils souhaitent tant qu’ils laissent les autres libres de s’abstenir d’échanger avec eux.

Ils ont un Droit naturel à la liberté.

La propriété.

En faisant usage de leur intelligence, de leur connaissance, grâce à leur travail ou leurs échanges libres, les êtres humains peuvent acquérir des biens. Ces biens leur appartiennent légitimement et nul ne peut les en priver sans violer leur droit de définir leurs objectifs et leurs moyens, c’est-à-dire sans violer leur droit à la liberté.

Ils ont un Droit naturel à la propriété dans la mesure où ils respectent les Droits naturels des autres.

Ces Droits naturels ne dépendent pas la volonté du gouvernement, ils ne sont pas des cadeaux de l’Etat selon son bon vouloir.

C’est le contraire, c’est l’Etat qui est une création des individus. Des individus regroupant une petite partie de leurs ressources pour protéger leurs Droits naturels.

Les individus ne sont pas soumis à l’Etat, c’est le contraire.

Les individus ne doivent pas leur existence à l’Etat, c’est le contraire.

Les individus n’ont pas donné la force à l’Etat pour qu’il régente leurs vies, ils ont prêté leur force temporairement à l’Etat avec le mandat limité de protéger leurs Droits naturels.

2400 ans après Antigone, nos gouvernements, nos législateurs sont devenus fous. Ivre du pouvoir de l’Etat, parce qu’ils ont la force, ils s’imaginent qu’ils ont droit.

Le droit de s’immiscer dans la vie de chaque individu pour lui dire quoi penser, comment vivre, qui aimer, qui détester, comment partager.

Le droit de construire à coup de lois de mal faites, infantilisantes, un marécage législatif obligeant ou interdisant ce qui devrait être du seul choix et ressort de l’individu.

Le droit de prélever sans limite le fruit de leur travail ou de leurs échanges.

Le droit d’interdire des échanges ou d’en forcer d’autres.

Le droit de rabaisser en permanence l’individu tout en se prétendant à l’origine de ce qui ne peut venir que l’individu : la solidarité, la culture, la production, le savoir.

Le droit de semer la peur pour se poser en protecteur des individus contre les aléas de la vie alors que la protection ne peut venir que des individus eux-mêmes, seuls ou s’associant librement.

Le droit de semer la discorde en regroupant artificiellement les individus en petit tas aux intérêts contradictoires pour mieux asseoir leur pouvoir, violant les Droits naturels des individus appartenant à certains petits tas au profit d’autres petits tas.

Ils n’ont pas le droit.

Ils n’ont pas le droit de violer les Droits naturels de chaque individu.

Comme le roi Créon, Ils ont la force, la force de l’Etat, mais ils n’ont pas le droit. Même élus démocratiquement, même en prétendant faire le bien.

Les progressistes qui veulent forger par la force une société juste ou harmonieuse au mépris des Droits naturels, ne valent pas mieux que le roi Créon –ou que les conservateurs avant eux-.

Ils ne pourront pas bâtir de société juste et harmonieuse sans respecter les Droits Naturels des individus.

Il faut rappeler à ces rois Créon qui nous gouvernent, de gauche comme de droite, qu’ils n’ont pas le droit de violer les Droits naturels des individus.

Il faut remettre l’Etat et ses gouvernements de droite comme de gauche à sa juste place.

Daniel T.


Télécharger le tract de campagne de Frédéric Bastiat

6 mars 2010

Chers amis de Frédéric Bastiat,

Voici les tracts (PDF, Word) que les membres du collectif ont commencé à distribuer lors de cette campagne des élections régionales. Vous aussi, vous pouvez participer en le téléchargeant, en l’imprimant et en tractant ou en le diffusant dans les rues sur des voitures. Sont déjà prévus de nombreux tractages en France. Contactez-nous pour plus de détails. Mardi, Frédéric Bastiat lui même fera campagne à Paris!

Librement,

Le collectif Antigone


Campagne de Frédéric Bastiat : Premières actions

6 mars 2010

Vous aussi, vous pouvez nous aider à faire la campagne de Frédéric Bastiat. Contactez-nous à collectifantigone@hotmail.fr pour être mis en contact avec nos comités locaux. Des tractages sont prévus, ainsi qu’une intervention de Frédéric Bastiat lui-même!


Ras le bol de l’étatisme. Aux régionales, je vote pour un mort (libéral)

6 mars 2010

Aux régionales, le 14 et 21 mars, je vote Frédéric Bastiat

« Il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle. »

Frédéric Bastiat

L’étatisme règne en maitre dans les discours et les actes de la totalité du spectre politique français.

Du FN au NPA en passant par l’UMP ou le PS, tous les partis actuellement présents aux élections proposent ou imposent :

– Davantage de réglementations, de lois mal faites infantilisant les citoyens

– Davantage d’impôts, de taxes, de niches fiscales, d’usines à gaz empêchant chaque citoyen de décider lui-même où affecter le fruit de son travail ou de ses échanges.

– Davantage de bureaucrates, de mille feuilles administratifs, de commissions bidules, de strapontins dorés, d’élus en surnombre, de cumulards.

– Davantage de subventions opaques, d’arrosages clientélistes, de spoliations légales.

– Davantage de dettes, d’emprunts, de déficits publics, de monopoles d’Etat mal gérés.

– Davantage de limitation des libertés, liberté d’expression, liberté de mener sa vie sans un Etat-nounou moralisateur et autoritaire.

– Davantage d’Etat, davantage d’Etat, davantage d’Etat, davantage d’Etat

« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. »

Frédéric Bastiat, Harmonies économiques


Cette crise, pur produit de l’interventionnisme et des manipulations de la monnaie par des institutions paraétatiques, est l’occasion d’augmenter encore davantage la place de l’Etat dans la vie des citoyens.

L’Etat n’a jamais été aussi présent, l’étatisme est devenu la religion officielle française. Tous les problèmes, les ressources doivent remonter vers cet Etat-Dieu et son clergé se prétendant omnipotent et omniscient.

Le remède à cette expansion sans précédent de l’Etat a un nom : le libéralisme.

C’est-à-dire

– Des droits naturels inviolables pour chaque individu. Liberté, sécurité, propriété

– Un Etat régalien chargé de protéger ces droits,

– Une société libre permettant à chaque individu de chercher le bonheur, de fixer ses objectifs et les moyens pour y parvenir, sans un marécage de règlements, prélèvements obligatoires totalement disproportionnés, institutions couteuses et infantilisantes.

Le libéralisme est conspué par la classe politique parce qu’il limite son pouvoir.

A chaque élection, un libéral a le choix entre être

– cocufié par la droite

– insulté par la gauche

– cocufié et insulté par le centre.

A la prochaine élection, je ne cautionne plus cette classe politique étatiste.

Et je marque mon désaccord en votant pour l’un des plus grands auteurs et grand homme politique libéral français :

Frédéric Bastiat

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Bastiat

« Imaginez que, dans chaque commune, il y ait un bourgeois, un seul, ayant lu Bastiat, et que ce bourgeois-là soit respecté : les choses changeraient »

Gustave Flaubert (Lettre à G. Sand, octobre 1871).

Bien sur, il est mort, et les libéraux préféraient voter pour des vivants, mais compte tenu de l’état de notre classe politique, nous pensons qu’il vaut mieux un mort que des vivants pour gérer nos régions. Il ne pourra pas faire pire, et il fera sans doute mieux.

Aux élections régionales, le nom sur mon bulletin de vote sera Frédéric Bastiat.

Aux élections régionales, je vote pour un grand libéral, je vote Frédéric Bastiat.

« L’État est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

Frédéric Bastiat

En savoir plus :

Pour lire Frédéric Bastiat :

http://bastiat.org/fr/guillaumin.html

En particulier :

La loi – http://bastiat.org/fr/la_loi.html

Ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas : http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html

Groupe sur facebook :

http://www.facebook.com/group.php?v…